Notre promenade dans les rues de la vieille ville démarre Porte d'Espagne. Construite au milieu du 19e siècle, la porte d'Espagne est, entre autres, la voie de franchissement des Pyrénées empruntée par les pèlerins de Compostelle.

SAM_0236Les remparts dans laquelle la porte est intégrée ont été construits avec le grès rouge (type de la Rhune) provenant de la carrière située au nord de l'Arradoy. Comme nous l'explique Jean-Claude, la couleur rouge de cette pierre provient du fer qu'elle contient. Les remparts comportent également du grès blanc pour apporter la solidité à l'édifice.

En descendant la rue d'Espagne, nous nous arrêtons devant une maison typique de la vieille ville. Comme les remparts, l'encadrement de la porte comporte des pierres de grès rouges et de grès blancs. Certaines sont rayées donnant un côté décoratif à l'ensemble. Ce phénomène appelé laminations entrecroisées est le résultat de dépôts de sable sur des millions d'années. C'est alors que Jean-Claude part dans ses explications qui nous ramènent 240 millions d'années en arrière du temps où tous les continents n'en faisaient qu'un, la Laurasie. Ça y est, nous l'avons perdu ! Non, notre ami sait raison garder et il nous emmène vers d'autres lieux.

laminationsA hauteur de l'église Notre-Dame du-Bout-du Pont, nous faisons halte devant une roche volcanique verte, l'Ophite. Cette roche est très solide et est utilisée généralement dans la construction de routes et autres ballasts de voies ferrées. Ici, c'est l'église et plus haut la Citadelle qui ont été bâtis contre ces roches en raison de leur solidité et de la durée de la construction.

En montant la rue de la Citadelle, nous observons tout le long les belles bâtisses dont une possède une pierre avec la signature d'un compagnon tailleur de pierres. Nous faisons un arrêt à la porte Saint-Jacques, classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco depuis 1998. Bon, là j'avoue que je suis incapable de vous rapporter les propos de Jean-Claude car une participante passionnée par le sujet et moi-même, nous nous sommes attardées sur le signe du compagnon.

signature compagnonArrivés à la Citadelle, nous passons un moment au point de vue de la demi-lune royale d'où nous pouvons admirer le panorama sur la vallée. Face à nous, l'Arradoy et ses terrasses de vigne. C'est l'occasion pour Jean-Claude de nous rappeler que ce vignoble de montagne existe depuis le début du XIIe siècle grâce aux moines de l'Abbaye de Roncevaux qui se devaient d'offrir le gîte et le couvert aux pèlerins de Compostelle. Après avoir énumérer les éléments du paysage (montagnes, cols, frontière avec l'Espagne...), et avant de retourner à notre point de départ, Jean-Claude tient à nous montrer une autre pierre utilisée dans la construction des remparts : la Cargneule, une roche sédimentaire carbonatée d'aspect vacuolaire (caverneuse) provenant ici de la carrière de Lecumberry (Les Arbailles).

SAM_0261L'après-midi touche à sa fin, nous faisons le chemin en sens inverse jusqu'aux voitures. Il nous reste plus qu'à remercier Jean-Claude pour cette visite instructive et conviviale comme toujours.

Album photos