AVEC Jean-Claude ROUX, géologue à l'association « Les Pierres du Pays basque ».

Cet après-midi là, nous avons fait rendez-vous au marché couvert de St Jean Pied de Port pour ensuite nous rendre tous ensemble à Estérençuby. Le soleil est de la partie. Au programme : la découverte d'un puits salé et des sources de la Nive. L'eau est à l'honneur.

SAM_3251Autrefois situé sur la commune d'Aincille, le puits salé d'Ugarre, plus connu sous l'appellation de Saline d'Ugarre, se trouve à Estérençuby sur la route d'Iraty. C'est un puits qui remonte de l'eau salé. Quand il pleut, une partie de la pluie traverse la couche de sel à 4-5 mètres de profondeur et va ressortir au niveau du puits chargée en sel.

La saline d'Ugarre est connue dès le XVIIe siècle mais certaines traces attestent de sa présence au moyen âge. Elle fut réunie au domaine royal en 1683. Jean-Claude nous a raconté comment Louis XIV a perdu son procès contre la population et fut condamné en 1689 à restituer la Saline aux propriétaires. Ceux-ci devaient prouver que le puits leur appartenait et après des années de recherche notamment aux Archives de Pampelune, les propriétaires ont pu attester, documents à l'appui, que le puits était leur possession.

SAM_3247La Saline appartenait à 21 familles actionnaires qui l'exploitaient à des fins de consommation locale. Les installations étaient sommaires : de simples chaudières pour faire évaporer la saumure. Le puits sera exploité jusqu'en 1945.

Il y eut un projet de petit établissement de station thermale à l'emplacement actuel du parking de l'hôtel « Les sources de la Nive » mais ce projet n'a jamais vu le jour en raison notamment des kilomètres de canalisation qu'il aurait fallu installer.

 

SAM_3259Après la délicate traversée à pied de la rivière Ugarre, nous reprenons les voitures pour nous rendre cette fois au dessus du restaurant des Sources de la Nive. Quelques kilomètres à pied plus loin, nous arrivons aux Sources de la Nive. Comme nous l'explique Jean-Claude, il s'agit d'une exurgence (l'eau sort pour la première fois de terre). L'eau s'infiltre dans la forêt d'Orion 500 m plus haut, va dissoudre les calcaires dans lesquelles elle circule pour ensuite ressortir de terre. Ces terrains plus ou moins imperméables sont de nature plus résistantes. On trouve notamment dans ces calcaires des roches siliceuses. Nous apercevons l'endroit précis d'où ressort l'eau et plus haut la grotte des sources de la Nive prisée des spéléologues.

L'après-midi s'achève, il est temps de rentrer. Encore de passionnantes découvertes du patrimoine naturel local que le CPIE Pays basque et ses partenaires s'attachent à faire partager pour le respect de la Nature.

Album photos