Encore une sortie déplacée pour cause de pluie. Cette fois, c'est le brouillard qui mets en péril notre balade. Mais puisque le groupe est présent au rendez-vous, autant nous lancer quand même à la recherche des Betizus en nous disant que le brouillard va finir par se lever.

SAM_2227En attendant d'apercevoir les bêtes à cornes, Iban Seiliez notre guide, président d'Iparraldeko Betizuak, nous présente son association basée à Urrugne. Les objectifs de l'association sont l'étude, la conservation et la sauvegarde des betizus du Pays Basque nord d'une part, et d'autre part de faire connaître au grand public ces bovins caractéristiques, les seuls à vivre en totale liberté en Europe.

Puis, Iban nous dresse le portrait de la bête : les Betizus vivent à l'état sauvage dans les montagnes : personne ne les soigne, ils ne sont ni capturés, ni nourris, ni même abrités. Ils présentent des traits sauvages tels que rusticité, territorialité, caractère farouche, capacité de profiter de fourrages de faible valeur nutritive, .... La seule intervention directe de l'homme sur les troupeaux se limite à une gestion de l'effectif par abattage (Source : Iparraldeko Betizuak).

Mais la race, considérée comme l'une des races bovines les plus anciennes du Vieux Continent, se voit réduite au fil des ans. On dénombre une centaine de spécimens sur les massifs du Mondarrain et du Xoldokogaina (où nous nous trouvons aujourd'hui) pour un total de 600 têtes sur tout le Pays basque.

 

SAM_2219En 1998, le standard racial est signé à Pampelune en Navarre : selon ce standard, la race betizu est constituée par une population bovine dotée d'une grande rusticité et d'un faible développement corporel : le mâle mesure environ 1,30 m au garrot et pèse dans les 400 à 500 kilos. La femelle est un peu plus petite : 1,20 m et un peu plus légère : 300 à 350 kilos. Ces bovins présentent une robe de couleur froment qui varie du froment clair au froment presque rouge selon le sexe et la saison (Source : Iparraldeko Betizuak).

SAM_2241Le brouillard a fini par se dissiper. Au cours de notre balade, nous passons devant des bouses et des traces de pas de Betizus ce qui indique que nous sommes sur la bonne voie. Malheureusement, arrivés en haut du Xoldokogaina nous apercevons des Betizus mais sur le versant opposé. Vu l'heure tardive, nous n'avons pas le temps de nous y rendre pour les approcher et nous nous contentons de les observer à la jumelle.

SAM_2229Malgré le fait que nous n'avons pas pu voir le Betizu de plus prêt, nous nous séparons le sourire aux lèvres car l'après-midi a été fort instructif. Iban a su nous sensibiliser à la protection de cette espèce qui appartient au patrimoine basque qu'il faut absolument préserver.

Nous ne manquerons pas de revenir sur les lieux avec l'espoir de revoir les Betizus et de l'admirer en toute liberté.

Pour plus d'informations, consultez le site internet d'Iparraldeko Betizuak : www.betiweb.fr

Album photos